Les pratiques narratives

Une approche permettant aux personnes, aux dirigeants et aux collectifs d’écrire ensemble des récits porteurs d’espoir et de communs

Venus d’Australie et de Nouvelle-Zélande, les pratiques narratives ont été inventées par Michaël White et David Epston, deux praticiens œuvrant en thérapie sociale et familiale dans les années 1980.
Approche arrivée en France en 2009 avec notamment Pierre Blanc-Sahoun, elle se développe dans les organisations et les entreprises
en explorant les récits, le sens, les identités individuelles et collectives. Cette approche permet aux personnes, aux dirigeants et aux collectifs d’écrire ensemble des récits porteurs d’espoir et de communs.

Les idées, la posture

Cette pratique et la posture particulière des praticiens narratifs et praticiennes narratives prennent racine dans l’idée que les récits que nous nous racontons en permanence, sur nous et sur les autres, sont soit enfermants soit nous libèrent. Nous avons donc la possibilité de faire exister une nouvelle relation à soi en explorant et questionnant ces récits.

Les conversations que nous engageons, soit entre la praticienne et son client, soit entre les personnes d’un groupe, permettent de faire ou refaire des liens entre :

  • ce que la personne fait, a réalisé, ou a eu comme expériences,
  • et ce qu’elle est profondément, ce qui constitue ses racines, son socle de valeurs, ses compétences, ses croyances, ses espoirs et ses envies.

Les Praticiennes et Praticiens narratifs.ves travaillent à écouter, questionner et explorer les histoires de problèmes qui enferment, réduisent, nient et finissent par peser sur les personnes et les groupes. Ils aident à revisiter, repenser des récits qui laissent toute la place aux récits préférés alternatifs qui ont souvent été oubliés, occultés ou qui ne sont tout simplement pas ou plus racontés.

Les récits alternatifs préférés sont ainsi des récits qui honorent les forces, les ressources, les liens, les envies, les résistances, les personnes ressources. Les faire émerger, les documenter, les célébrer permettent à la personne ou à un collectif de se reconnecter à son identité, de recréer du lien et ainsi de mettre au service d’un projet commun. Ils aident à retrouver de la connexion à soi, aux autres. Ils aident à retrouver de l’ouverture et du dialogue et l’envie de se mettre en action.

Kaliopée et les pratiques narratives

En 2019, je tombe dans la marmite dans mon jeune âge de coach lors de ma formation à l’IAE de Bordeaux puis à La Fabrique Narrative ! Mes expériences de ces dernières années auprès de personnes ou de collectifs me démontrent à chaque instant combien cette approche est puissante et permet de faire résonner les histoires entre elles et combien cette approche centrée sur la relation à soi permet de s’ouvrir en profondeur aux autres.

Je suis honorée d’avoir rejoint en 2022 l’équipe de formateurs de La Fabrique Narrative. Cette école, fondée par Pierre Blanc-Sahnoun en 2009 à Bordeaux, forme aux Pratiques Narratives de nombreux professionnels de la relation d’aide.

«Quand je m’assois à leurs côtés, je sais que nous allons entreprendre ensemble un périple jusqu’à une destination qui reste à définir, en suivant une route qu’on ne peut pas déterminer à l’avance. Je sais que nous allons emprunter des chemins extraordinaires pittoresques jusqu’à cette destination inconnue.»
Michaël White, Cartes des pratiques narratives

Quelques ressources :

Errances Narratives - le blog de la Fabrique

Blog et centre de ressources dédié à l’ensemble de la communauté narrative francophone.

Le Dulwich Center

Le Dulwich Centre a été fondé en 1983 par Michael White. Il constitue un centre innovant de thérapie narrative, de travail communautaire, de formation et d’édition.

Nos Valeurs

Authenticité

Respect

Sens du collectif

Responsabilité